.

.

L'arrivée de George Armstrong Custer et du 7ème de cavalerie dans la région des Black Hills n'a pas été bien accueillie par les tribus locales, qui se souvenaient de la "bataille" de la Washita River et du "tueur de squaws". Jusqu'en 1874, les Black Hills jouissaient d’une réputation inquiétante, décourageant les différentes expéditions.

Cette année-là, le général Sheridan ordonna une expédition dans cette région, incluant le 7ème de cavalerie. Cette expédition aboutit à la découverte de richesses naturelles, notamment de l'or. Le contrôle de cette région permettrait également de surveiller les pistes empruntées par la population indienne.

La propriété de ces territoires était garantie aux Indiens par le traité de 1868. Une aide devait être apportée par le Bureau des affaires indiennes, mais cette assistance se révéla particulièrement inefficace. Même à Washington, les récriminations contre cette administration parfois corrompue étaient légitimes.

La région attirait de plus en plus de colons désireux d'exploiter ces terres fertiles, ainsi que des chasseurs de bisons et des chercheurs d'or, créant de multiples tensions avec les peuples natifs. Au début de l'année 1875, le contrôle des tribus Sioux des plaines du Nord fut transféré du Bureau des affaires indiennes au War Department. Inquiets, les Indiens migrèrent immédiatement vers le sud de la rivière Yellowstone. Les autorités du War Department leur ordonnèrent en vain de regagner immédiatement leur territoire.

Une première tentative militaire fut organisée en plein hiver rigoureux lors de la campagne de février-mars, mais l'engagement contre les Sioux de Crazy Horse ne donna pas de résultats probants.

 

Avec le début du printemps, une nouvelle campagne contre les Sioux pouvait commencer. Le plan du général Terry consistait à créer une nasse avec trois colonnes convergentes afin de piéger les Indiens 'hostiles'. Les trois colonnes étaient : celle du général Crook avec 600 hommes, celle du colonel Gibbon avec 450 hommes, et la principale, celle du brigadier général Terry, qui incluait le colonel Custer avec 800 hommes. Le ravitaillement des colonnes devait être assuré par un bateau à vapeur, le Far West, commandé par le capitaine Marsh.

Le 22 juin, l'ordre est donné au colonel Custer de se diriger vers la rivière Rosebud pour repousser les Indiens. Le but était que les différentes colonnes se rejoignent afin de cerner leurs ennemis. Les prévisions du général Terry quant à l'emplacement du camp indien étaient exactes. Le 7ème de cavalerie du général Custer avance à marche forcée et le 25 juin à 14h00, les éclaireurs signalèrent qu'un grand camp indien était en vue. Le colonel Custer, sans autre reconnaissance et appréciation des forces, de peur que le camp se disperse, ordonna l'engagement immédiat.

Custer divisa son 7ème de cavalerie en quatre groupes principaux :

  • Bataillon de Custer : Environ 210 hommes.

  • Bataillon de Reno : Environ 125 hommes.

  • Bataillon de Benteen : Environ 125 hommes, avec une réserve de munitions et de fournitures.

  • Lieutenant McDougall : En arrière, commandant le train de munitions.

Le major Reno reçut l'ordre d'attaquer l'extrémité sud du camp indien. Son action devait fixer l’ennemi pendant que la force principale de Custer faisait un mouvement tournant. Il traversa la rivière Little Bighorn et engagea le combat, mais fut rapidement repoussé par une contre-attaque massive des guerriers Sioux et Cheyenne. Reno se replia dans les bois puis sur une colline pour se retrancher. Il fut dans l’impossibilité de venir en aide au bataillon de Custer et resta sur cette colline, aujourd'hui appelée 'Reno Hill', jusqu’à l’arrivée de la colonne Terry le 26 juin dans l’après-midi, subissant sans cesse les assauts de leurs adversaires galvanisés.

Le capitaine Benteen reçut l'ordre de reconnaître le terrain sur le flanc gauche. Lorsqu'il revint vers le camp principal, il trouva Reno en difficulté et se joignit à lui pour renforcer la position défensive.

Le lieutenant McDougall réalisa la gravité de la situation et rejoignit le major Reno, lui apportant les munitions indispensables à la résistance de ses hommes.

Le colonel Custer, avec son bataillon, se dirigea vers l'extrémité nord du camp. Pensant pouvoir surprendre les Indiens, il descendit vers la rivière mais fut confronté à une force importante et dut se replier vers les collines. Rapidement encerclé, Custer et ses hommes furent attaqués sur plusieurs fronts par des guerriers coordonnés et supérieurs en nombre. Ils furent anéantis sur ce qui est désormais connu sous le nom de "Custer Hill". On estime que les combats ont duré entre 2 et 3 heures.

Le 26 juin, les colonnes de Terry et Gibbon convergèrent vers le champ de bataille sans avoir aucune information sur les combats. Ce sont les éclaireurs Crows de Custer qui retrouvèrent ceux de Terry et leur racontèrent les événements. Leur parole fut mise en doute jusqu'au soir. Parmi les officiers, on disait : 'S’il y avait eu bataille, Custer serait victorieux. Ces Crows étaient des lâches qui avaient fui la bataille sans attendre son issue et racontaient cette histoire afin d’excuser leur poltronnerie.'

Terry et Gibbon rejoignirent Reno et ses hommes, et la première question fut : 'Où est Custer ?'

Les pertes pour le 7ème de cavalerie furent la totalité du bataillon de Custer, soit 263 tués, et environ 50 tués et 60 blessés pour le reste du régiment. Les pertes indiennes sont évaluées à environ une centaine de tués et un nombre inconnu de blessés.

 

 

Total des effectifs : Les estimations varient, mais les forces indiennes comprenaient entre 1 500 et 2 500 guerriers.

Tribus principales :

  • Sioux (Lakota) : Incluant les Hunkpapa, Oglala, Miniconjou, Brulé, Sans Arc, et Blackfeet Sioux.

  • Cheyennes : Principalement les Cheyennes du Nord.

  • Arapahos : Un plus petit nombre participait également.

Chefs et leaders notables :

  • Sitting Bull (Tatanka Iyotake) : Chef spirituel et leader influent des Hunkpapa Sioux.

  • Crazy Horse (Tȟašúŋke Witkó) : Chef de guerre des Oglala Sioux.

  • Gall (Phizi) : Chef de guerre des Hunkpapa Sioux.

  • Two Moons : Chef des Cheyennes du Nord.

  • Lame White Man : Chef des Cheyennes du Nord.

  • Chief Hump (High Backbone) : Chef des Miniconjou Sioux.